Menu

Bruits

Ce sont des risques d’accident générés par l’inconfort, l’entrave à la communication et la gêne lors de l’exécution des tâches délicates. Ce sont également des risques de maladie professionnelle dans le cas de longue exposition : La surdité est irréversible. Ces risques sont fréquents dans certaines activités professionnelles.

Définition du risque

Mesure de l’exposition

  • L’employeur doit procéder à une estimation et, si besoin est, à un mesurage du bruit auxquels les travailleurs sont exposés. Les valeurs limites d’exposition sont :
    • Un niveau d’exposition quotidienne au bruit de 85 dB(A)
    • Un niveau de pression acoustique de crête de 137 dB(C)
  • Les résultats de ces mesurages sont intégrés au document unique de l’entreprise.
  • L’employeur procède à un nouveau mesurage :
    • Au moins tous les cinq ans,
    • Lorsqu’une modification des installations ou des modes de travail est susceptible d’entraîner une élévation des niveaux de bruit.
  • Les résultats sont tenus à disposition du CHSCT et des délégués du personnel. Ils sont communiqués au médecin du travail.

Les sources de bruit sont :

  • Bruit émis de façon continue par des machines, des compresseurs, des outils, des moteurs, des haut-parleurs, des imprimantes…
  • Bruit causé par des machines et des outils travaillant par chocs, échappements d’air comprimé, des signaux sonores…

Comment maîtriser ce risque

Prévention technique collective

  • Conception de machines peu bruyantes, encoffrement, traitement acoustique des locaux, espacement entre les machines bruyantes
  • Limiter le temps d’exposition, limitation du nombre de personnes exposées, signalisation des zones bruyantes.

Formation – information – sensibilisation

  • Lorsque les valeurs dépassent les seuils autorisés, l’employeur veille à ce que les travailleurs exposés reçoivent des informations et une formation en fonction de :
    • La nature de ce type de risque, les mesures prises, les valeurs limites d’exposition, les valeurs d’exposition déclenchant l’action de prévention, les résultats des mesures, l’utilisation correcte des protecteurs auditifs individuels, les conditions qui impliquent une surveillance médicale renforcée, les pratiques pour réduire l’exposition au bruit
  • Le médecin du travail participe à l’information et la formation concernant :
    • Les effets physiologiques du bruit
    • Le rôle de la surveillance médicale et audiométrique.

Prévention individuelle

  • Eviction des sujets à risques (antécédents ORL)
  • Ports d’équipements de protection individuelle normalisés :
    • Casques, bouchons d’oreilles moulés ou jetables
    • Si l’exposition sonore dépasse 80 dB(A) ou lorsque le niveau crête dépasse 135 dB(C), des protecteurs individuels doivent être mis à disposition des salariés.
    • Si l’exposition sonore dépasse 85 dB(A) ou lorsque le niveau crête dépasse 137 dB(C), l’employeur doit prendre toutes dispositions pour que les EPI soient utilisés.